Oct 17 2016

Le bien être du cheval passe en partie par son alimentation. S’informer et prendre en compte les besoins alimentaires du cheval permet à l’animal d’avoir une bonne santé physique et mentale. Voici quelques informations qui évaluent les besoins du cheval en fonction de ses dépenses vitales comme manger, bouger, dormir; et de ses dépenses de production liées à la croissance, la gestation, le travail musculaire.

L’eau

La quantité d’eau avalée varie de 20 à 75 L/cheval/jour en fonction de la corpulence, du climat, du travail à fournir, de la composition de la ration du cheval.

Dans le cas d’une lactation, la quantité augmente de 15 à 30 L/jument/jour. L’eau doit être ingérée de préférence avant la consommation des aliments concentrés et l’abreuvement doit être fréquent et régulier.

Lors d’une activité sportive où le cheval est assoiffé après le travail, il faut lui donner en plusieurs fois une eau légèrement tiède pour éviter les risques de « coliques d’eau » qui se traduisent par une congestion de l’estomac.

La matière sèche (MS)

La capacité d’ingestion, qui se traduit par le niveau de consommation volontaire du cheval permet de déterminer le volume global qu’aura la ration. Cette capacité d’ingestion va varier en fonction des besoins énergétiques du cheval et de la digestibilité des aliments. On peut considérer pour un cheval adulte de 500 kg, qu’elle varie de 8 à 12 kg MS/cheval/jour en fonction de son travail. Plus les besoins vont être grands, plus la digestibilité de la ration devra être améliorée car la capacité d’ingestion d’un cheval reste le facteur limitant.

L’énergie

Les besoins énergétiques d’un cheval sont exprimés en unité fourragère. L’énergie alimentaire doit être capable de couvrir les besoins d’entretien, mais aussi les besoins de production éventuels (croissance, gestation, lactation ou travail).

cheval-foin

Les fibres

Elles sont indispensables au cheval car elles assurent premièrement un apport en énergie. Le besoin minimum de fibres est estimé entre 15 et 18% de cellulose brute. Elles couvrent en moyenne 1/4 à 1/3 des besoins en énergie. Ces fibres conviennent plutôt pour l’entretien et pour le travail à faible dose d’un cheval que pour le sport intense. Le rendement énergétique étant moindre par rapport à d’autres sources d’énergies. Cependant au vu de l’apport énergétique qu’elles fournissent, elles sont toujours présentes dans l’alimentation du cheval athlète.

Les fibres comme le foin jouent aussi un rôle sur le mental du cheval. En effet, plus il sera occupé à manger dans la journée, moins il sera inquiet ou nerveux.

Enfin, elles jouent le rôle de lest dans le contenu digestif. Plus elles sont indigestibles (% non digéré) et plus elles vont accélérer le transit. Cela permet de prévenir les troubles digestifs comme la constipation ou l’intoxication grâce à un balayage rapide du contenu du système digestif.

Attention à ce que la source principale de fibres du cheval soit le fourrage et non les aliments industriels !

Les besoins en protéines

Ils sont évalués par les apports protéiques en matière azotées digestibles. Pour l’entretien, les besoins en matière azotée digestibles sont facilement comblés avec une ration fourragère même de qualité moyenne. Au travail, les besoins protéiques sont peu augmentés. Les compléments alimentaires céréaliers suffiront à combler l’écart.

Les lipides

Ils ont pour rôle de fournir les acides gras essentiels et une source énergétique très concentrée qui servira au métabolisme. Les acides gras que l’on appelle essentiels sont les oméga 3 et oméga 6, ils ne sont pas synthétisés par l’organisme mais sont indispensables à son fonctionnement. Il faut donc les trouver dans l’alimentation. On estime qu’il faudrait ajouter 4% d’huile dans la ration.

Les minéraux et vitamines

Ils doivent être compris dans la ration et non négligés car ils jouent un rôle spécifique dans les réactions biologiques de l’organisme.

Les besoins généraux sont donnés ici, il est important de n’oublier aucun élément dans sa ration. Cependant, tout ce qui est donné doit être adapté individuellement au cheval en fonction de son comportement, de ses efforts physiques et de son état de santé.

Leave a reply